Lettre Culture Science N°31

Un chercheur du LJAD co-conçoit une méthode statistique aux propriétés "universelles"

mercredi 30 novembre 2016, par LJAD

Nous vivons dans une société de programmes. Il y en a pour le lendemain, pour tout à l’heure, pour cet été. Ces anticipations, autrefois, se con naient à l’intimité de nos calculs mentaux. Puis des programmes informatiques ont émergé. Couplés aux modèles mathématiques et à la puissance de calcul des ordinateurs actuels, ils permettent de prédire la météo, estiment la durée d’un itinéraire, chiffrent le risque de développer une maladie. Une façon de répondre à ces nouveaux besoins de « savoir » consiste, à partir des données dont nous disposons, à trouver les « lois de hasard » qui régissent les phénomènes qui nous intéressent. Les statisticiens utilisent pour cela des modèles
mettant en compétition plusieurs lois possibles et ils cherchent à sélectionner celle qui permet d’expliquer au mieux les observations récoltées. « Les statistiques sont une ressource qu’on utilise quand on n’est pas capable de décrire un phénomène par des équations », explique Yannick Baraud, Professeur au Laboratoire Jean
Alexandre Dieudonné (LJAD) et membre de l’équipe probabilités et statistiques. « Elles interviennent lorsqu’un phénomène s’avère tellement complexe, que décrire précisément toutes les équations qui le régissent deviendrait inextricable », poursuit-il.